Mandela : Un long chemin vers la liberté, splendide hommage


Invité jeudi soir dernier à l’avant première du film dans les locaux de Pathé, je dois dire que je l’attendais avec impatience tant pour le sujet – Nelson Mandela – que pour l’acteur – Idris Elba.

Avant de rentrer dans le film, il faut bien l’avouer ce qui devrait attirer chacun de vous à aller le voir est principalement le fait qu’il s’agit d’une des rares fois où nous avons la chance de voir un biopic où le protagoniste est toujours parmi nous.

Je ne suis pas un expert de la vie de Mandela, et d’ailleurs, j’en reparlerai plus loin, on arrive à se dire pendant le film qu’on ne peut s’en féliciter. Cependant, j’avais (et je continue d’avoir) un avis très positif envers cet homme qui au-delà d’être une icône pour son peuple ou d’avoir reçu un prix Nobel de la paix, semble avoir acquis tout cela sans tricherie (si fréquente dans notre monde à nous…)

C’est donc plein d’entrain, mais toujours critique et à la recherche d’erreur, que j’allais voir ce film.

Le début est assez classique et reprend la plupart des codes d’un biopic : une musique douce et prenante, des plans larges pour situer la zone géographique, une version « enfant » du personnage principal, une voix off d’un vieillard,… Jusque-là rien de vraiment innovant, mais est-ce là ce que nous venons chercher dans un biopic de cet acabit ? Pour ma part pas nécessairement, ainsi le début du film me transporte tranquillement dans l’ambiance.

C’est tout un décor qui se pose, une Afrique du Sud des années 1920 qui nous donne l’impression, à nous, d’être plusieurs siècles plus tôt. Cette ambiance particulière va évoluer pendant le film et devenir un des points forts selon moi. On regardera les différentes époques du film en ayant l’impression que cela se passe dans une époque assez lointaine mais on ne pourra s’empêcher de réaliser que non, c’était bien il y a pas si longtemps… On se plonge alors dans une réflexion parallèle au film qui pourrait presque aller jusqu’à nous culpabiliser de ne pas s’être mieux mobilisé.

Je ne vais pas rentrer dans les débats « doit-on se culpabiliser de la misère du monde », « doit-on aider le monde entier quand on a également nos problèmes » ou autres, mais simplement souligner le fait que ce film nous propose inévitablement de nous regarder dans la glace : Pour quoi nous battions-nous pendant tout ce temps, quand lui, se battait réellement pour la chose la plus légitime au monde : la liberté.

Le film continue sur les débuts de Mandela en montrant comment il a fait pour devenir l’homme qu’il est. Là encore, rien de nouveau dans la réalisation, on assiste à des étapes clés permettant de facilement comprendre les émotions que peut ressentir le personnage. On verra qu’il n’est pas le héros infaillible qu’il serait si simple de croire.

Idris Elba entre en scène et il faut bien le dire, il sera parfait dans ce rôle (comme souvent d’ailleurs). On ne manquera pas d’apprécier indubitablement la prestation de tous les autres acteurs dont principalement Naomie Harris : Magnifique comme femme de cœur et terriblement crédible comme femme de guerre.

Toute la partie avant l’entrée en prison de Mandela est bien faite, elle permet de se rendre compte par des exemples, de l’homme d’action qu’il a pu être dans sa jeunesse. Un révolutionnaire assez classique dans ses actions finalement, si ce n’est avec un gros temps d’avance lorsqu’on le remet dans son contexte : l’Afrique du sud de cette époque, un scolarité quasiment inexistante, aucune connaissance de l’extérieur,…

Arrive ensuite la partie du film qui traitera de la grande période pendant laquelle Mandela a été emprisonné. C’est un moment éprouvant pour le téléspectateur. Ce n’est pas tellement ce qu’il va subir qui va nous bouleverser, de nombreux films ont montré bien pires. C’est surtout le fait que cela lui arrive à lui et son équipe : Comment, comment peut-on en être arrivé là quand on voit la sincérité et l’humanité qu’il y a dans l’idéal qu’ils encouragent.

Ce chapitre passe finalement assez rapidement dans les 2h30 de film, j’imagine personnellement qu’il s’est passé bien pire dans cette prison, mais je suis content que le film n’ait pas essayé de me montrer un almanach de tortures juste pour mieux glorifier Mandela.

Puis le chapitre final, la sortie de prison et la conquête du pouvoir. Ce moment est également passionnant car il va traiter de plusieurs sujets : ses retrouvailles avec sa femme, la difficulté de reconquérir un peuple encore plus divisé qu’avant et toujours en restant droit dans son idéal : juste et intransigeant.

A ce moment du film, on est pris d’émotion car on accumule tout ce par quoi est passé Mandela dans son désir de liberté. Chaque scène touchera les cœurs tant son vécu et son combat est au delà de ce que chacun d’entre nous est prêt à faire dans son propre vécu.

On réalise également qu’on est en 1994, si ce n’est quelques années plus tard… On constate l’état du pays, la vie quotidienne de ces gens et on ne peut s’empêcher de penser que de notre côté, on s’inquiétait de savoir si le phénomène Boys Band allait revenir, si on allait réussir la coupe du monde ou je ne sais quoi d’autre. Ce décalage puissant ne peut nous laisser de marbre.

Pour conclure, ce film est une grande leçon d’humilité. Il permet de mettre à l’honneur un grand personnage, dans un pays loin des codes Européens, Américains ou Asiatiques. Un pays qui a son histoire, sa culture et surtout dirigé par un homme aux idéaux pourtant sensés être universels. La réalisation n’est ni transcendante ni innovante mais au final, on se dira qu’on aurait bien aimé en voir encore plus. En définitive, je pense que si j’ai autant aimé cette oeuvre, c’est probablement parce que je pense que ce film nous renvoie à une question élémentaire et qui n’aura de cesse de se poser pendant encore de très nombreuses années : Dans ce monde de consommation, de surmédiatisation, de recherche à tout prix du buzz et de la célébrité, quelle place prenons-nous dès lors que nous nous émouvons, souvent jusqu’à l’extrême, devant une information un jour, pour totalement l’oublier le jour suivant…?

Une chose est sûre, je vous le recommande vivement. N’hésitez pas à venir partager ce que vous en aurez pensé !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s