Dark Skies, quand les aliens redeviennent effrayants


Invité à la projection presse de Dark Skies, grâce à l’agence Way To Blue, je dois avouer que les conditions pour voir le film étaient particulièrement bonnes.

J’avais un très bon à priori sur ce film réalisé par Jason Blum à qui on doit notamment Insidious, Sinister et le premier Paranormal Activity (oui juste le premier mérite qu’on le cite !). En effet, un film d’épouvante qui ne joue pas sur l’aspect paranormal, démoniaque ou possédé mais sur l’aspect extraterrestre ne pouvait que m’attirer !

J’avais donc hâte de voir ce film avec tout de même un doute : serais-je autant mal à l’aise devant des Aliens que devant un gamin possédé ou un démon sadique ?

Alors rentrons dans le vif du sujet avec mon avis sur ce film :

  • Le scénario : On commence à avoir fait le tour de l’idée générale très reprise par Jason Blum : Une famille plus ou moins unie, dans une petite maison bien américaine où « tout pourrait aller pour le mieux », qui va connaitre des malheurs de manière exponentielle jusqu’au climax et qui finira sur un petit cliffhanger si typique des films d’épouvante. Sur le détail du scénario, le côté Alien est sympa mais pourrait être remplacé par n’importe quelle « chose bizarre ». Quelques éléments sont exposés dans le film pour donner l’impression que cela pourrait nous arriver « dans la vraie vie » mais à moins de croire aux Ovni tel Fox Mulder, j’ai peur que la sauce ne prenne pas chez vous. (Alors que par exemple dans mon cas, j’ai beau ne pas croire aux esprits, l’explication de projection astrale amenée par Insidious m’avait bien plus convaincue)
  • La technique : Elle est parfaitement menée. On sent bien que le réalisateur, Scott Charles Stewart, s’est inspiré de tous les codes du genre. Cela dit, on pourra lui reprocher là encore d’être vue et revue. Une musique stridente ou stressante, un hurlement ou quelque chose qui « saute » d’un coup, des effets de « flash »,… Bref, on connait. Malgré cela, j’ai quand même apprécié que le réalisateur « joue » avec le spectateur en plaçant ci et là ce genre de techniques sans que cela n’aboutisse obligatoirement à un sursaut. Cela crée une angoisse permanente durant tout le film et c’est ce que je recherchais.
  • Les acteurs : Peut-être LE gros point fort du film. On retrouve une Keri Russell (actrice montante de 2013, notamment grâce à la série The Americans, réalisée par la chaine FX) en pleine forme. Josh Hamilton est également très convaincant dans son rôle (et les passionnés comme moi se demanderont sur certains plans si la ressemblance avec David Duchovny n’a pas été volontaire…). Quant aux enfants et principalement Kadan Rockett, que dire de plus si ce n’est : Bravo.

D’une manière générale, bien que la volonté du réalisateur ait été de ne pas dévoiler clairement un Alien, j’ai regretté de n’en voir que si peu. Le film joue beaucoup plus sur l’aspect Paranormal – du point de vue des protagonistes – que sur l’aspect « capacités des extraterrestres ». C’est peut-être ce qu’il faut faire pour classer le film dans la catégorie « épouvante » et non pas « science-fiction »… Mais du coup, comme je le disais plus haut, dans ces cas-là, qu’il s’agisse d’un Alien ou d’une tomate tueuse, c’est la même chose… L’Alien devient donc un prétexte pour attirer les fans comme moi et cela peut créer une déception.

Vous l’aurez compris, mon avis reste mitigé sur ce film. Si j’ai aimé le jeu d’acteur et la technique, je n’ai pas non plus été autant bouche bée qu’en sortant d’Insidious. Je suis donc persuadé qu’un spectateur, qui n’aura pas vu les trois films mentionnés en début d’article, sera enchanté par Dark Skies. L’autre, comme moi, aura l’impression d’avoir déjà vu pas mal de techniques et sera donc un peu déçu du manque de renouvellement.

En bref, ce film reste très sympathique à voir car il est bien réalisé, il fait sursauter, il tient le spectateur sous tension permanente… L’aspect Alien est sympathique mais trop peu exploité au final. C’est un bon moment à passer si vous aimez ce genre de films, mais encore une fois, il ne détrônera pas Insidious à mon goût. Quant au cliffhanger, il est bien amené et les habitués du genre s’en seront surement doutés mais apprécieront probablement son existence.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

One thought on “Dark Skies, quand les aliens redeviennent effrayants

  1. Ping: La planète des singes : l’affrontement, un réalisme surprenant | La séance du soir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s